Différence entre un sonar pêche et un échosondeur ?

Illustration sonar

Le sonar de pêche et l’échosondeur sont tous les 2 des équipements émettant des ondes acoustiques dans l’eau afin de déterminer précisément où se trouve les obstacles tels que le fond, la végétation et les poissons. Les ondes sonores sont réfléchies par les obstacles qu’elles rencontrent et renvoyées vers l’écran de l’appareil pour donner une image plus ou moins précise de ce qui se passe sous l’eau. Mais le sonar de pêche et l’échosondeur ne fonctionne pas de la même façon, on vous explique

Le Sonar de pêche

Un sonar est capable d’afficher les échos tout autour de lui et ce à n’importe quelle profondeur.

EN effet, le sonar émet une onde avec un angle inclinable, appelé angle de Tilt, qui peut varier de  -5° à 90° en fonction de la sonde et du modèle de sonar.

Pour examiner un angle de 360° autour du bateau, il existe deux catégories de sonars :

  • Sonar omnidirectionnel
  • Sonar à balayage
Sonars
Sonars

L’échosondeur

L’échosondeur quant à lui est un type de sonar utilisé pour la pêche. Ici l’onde est émise à la verticale avec un angle de 90°.

La différence entre un sonar et un échosondeur réside donc dans la sonde utilisée, mais surtout dans l’emploi que l’on veut en faire.

Angle de tilt
Angle de tilt

 Aujourd’hui, les navires de pêche commerciale dépendent presque entièrement des sonars et des sondeurs acoustiques pour détecter les poissons. Les pêcheurs utilisent la technologie des sonars et des échosondeurs pour déterminer la profondeur de l’eau, le contour du fond et la composition du fond.

L’angle du sondeur

L’angle du sondeur correspond à l’étendue que pourra analyser votre sonde, sous l’eau. Par exemple avec un angle de 20°, vous obtiendrez un résultat très précis, mais limité en espace, alors qu’avec un angle les plus larges vous pourrez balayer les grands fonds, avec une précision moindre.

Sondeur
Sondeur

La fréquence du sondeur

Un des éléments primordiaux dont il faut tenir compte est la fréquence utilisée pour l’émission du sondeur.

Cette fréquence va déterminer la précision et la profondeur d’analyse. En général, on retrouve les fréquences suivantes :

  • 50 KHz, utilisé pour les grands fonds mais très peu précis
  • 83 KHz, est la fréquence utilisée pour les petits et moyens fonds, idéale en eaux douces
  • 200 KHz, ici la fréquence est beaucoup plus précise, mais ne permet pas de balayer de larges étendues du fait de la  vision étroite

En résumé, plus la fréquence est haute, plus l’image sera précise, au détriment de la portée du sondeur.

La puissance du sondeur

La puissance du sondeur, exprimée en watts, dépend de votre type de pêche. En effet, en eau douce, les sondeurs de pêche à faible puissance suffiront (600 watts en moyenne), alors qu’il sera nécessaire d’opter pour des modèles de plus fortes puissances pour de la pêche en eaux plus profondes ou en mer. Tout en gardant à l’esprit que toute les pêche en mer ne se ressemble pas Par exemple pour une pêche en Atlantique ou dans la Manche une puissance de 1kw suffira pour votre sondeur alors qu’en Méditerranée ou la thermocline va jouer un véritable rôle de barrière 2kw seront nécessaire.

Quel sondeur pour la pêche à la barque ?

Pour un pêcheur qui pratique en eau douce, on recommandera les modèles à haute fréquence, avec un angle d’analyse de 20°-50°. L’idée est d’avoir un modèle offrant des résultats précis, dans une zone restreinte, pour permettre de détecter efficacement les bancs de poissons et/ou les obstacles.

Quel sondeur pour la pêche en mer ?

Pour la pêche en mer, il est indispensable de s’équiper d’un sondeur GPS, qui vous montrera toutes les informations utiles à la pratique de la pêche en mer. En revanche, si vous souhaitez vous en tenir à un échosondeur, favorisez les modèles puissants, avec un angle raisonnablement large pour balayer les grandes étendues.

Quelles technologies pour votre sondeur ?

Enfin sachez qu’il existe plusieurs technologies disponibles sur les sondeurs de pêche.

  • Le 2D équipe par défaut tous les sondeurs, c’est la technologie de base, idéale pour la pêche en verticale.
  • Le down imaging identique au 2D mais qui consiste en une vue plus fine et plus détaillée du fond en utilisant un faisceau ovale
  • Le side imaging ou vue latérale idéal pour prospecter sur des plans d’eau est calme et à faible vitesse.
  • Le CHIRP est une évolution du 2D qui réside dans l’impulsion sonar. Le balayage est continu et les données transmises sont plus nombreuses qu’avec une sonde 2D classique, le rendu en et donc fortement optimisé.

Comme pour tout appareil électronique, il faut un certain temps pour « apprivoiser » un sondeur et il ne s’agit pas là d’une garantie de réussite pour vos futures pêche mais cela vous sera sans aucun doute très profitable pour vos tableaux de pêche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.